Accueil / Les enseignements / Les journées provinciales

Les journées provinciales

Pour tout renseignement complémentaire :
Mail : contact@ecolefreudienne.fr
Les collègues qui souhaitent proposer une intervention sont invités à prendre contact avec Patrick Martin Mattera par mail : martinmattera@wanadoo.fr ou par téléphone au 06 77 46 66 80.

ANGERS, les 5 et 6 octobre 2019

Journées provinciales d’Angers
5 et 6 octobre 2019

Université Catholique de l’Ouest (UCO),
Amphi PR 13 – Palais universitaire, 3 place André Leroy 49008 Angers

La phobie, plaque tournante : phobies et structures psychiques

Dans le séminaire D’un Autre à l’autre, Lacan présente en 1969 la phobie, non comme une entité clinique, mais comme « une plaque tournante » ouvrant soit sur l’hystérie, soit sur la névrose obsessionnelle, soit sur la perversion. Il laisse ainsi entendre que le symptôme phobique marque un moment clé à partir duquel s’engage ensuite le choix de la structure, ce que confirme Solange Faladé qui précise en 1992 que « la phobie [...] n’est pas une structure clinique ». Faladé accordait en effet une grande importance au statut de plaque tournante de la phobie et y est souvent revenue, en particulier dans son séminaire Clinique des névroses.
La phobie ne concerne que les structures névrotiques et perverses. On peut rencontrer dans la psychose certains phénomènes d’évitement, de contrainte ou de persécution mais pour le sujet psychotique, du fait de la forclusion ne rencontrant pas la castration, il s’agit là de manifestations d’une autre nature, qui seront à préciser. Aussi peut-on penser que dans le temps logique de la subjectivation, la phobie constitue un temps pour comprendre, qui succède à l’instant de voir (la castration et l’angoisse qu’elle génère) et précède le moment de conclure (l’engagement dans la structure). La phobie permet alors de traiter l’angoisse de castration ou par le refoulement ou par le démenti.
L’expression plaque tournante que Lacan emploie à propos de la phobie est également utilisée par lui pour définir la fonction du fantasme et du désir (Le désir et son interprétation) et celle du transfert (Problèmes cruciaux pour la psychanalyse). Est-ce seulement une coïncidence ? Si l’on conçoit bien la relation du désir et du fantasme avec la phobie, celle-ci met en jeu un objet cause de désir à éviter, qui se manifeste comme objet d’angoisse, ce qui rend le rapport au transfert sans doute moins évident. À moins de saisir ce dernier dans les moments de montée de l’angoisse qui précèdent souvent un changement de position subjective. C’est là une donnée clinique qui soulève la question de la place de la phobie au sein-même de la cure analytique.
Les journées d’Angers permettront de réfléchir à la place et la fonction qu’occupe aujourd’hui la phobie, cette névrose « radicale » comme l’écrit Lacan dans Subversion du sujet, radicale au sens de ce qui vient à la racine du choix structural comme prise en compte du manque dans l’Autre.


Horaires (susceptible de modifications en fonction du nombre d’interventions) : Samedi de 9h à 17h30 et Dimanche de 9h à 12h30
Hébergements :
- Ibis Styles Centre gare (23 bis rue Paul Bert)
Réservation de 30 chambres, petit-déjeuner inclus : 59,49 € (double 69,49 €). Réservation individuelle possible jusqu’au 23 septembre 2019.
- Grand Hôtel de la gare (5 place de la gare) Petit déjeuner inclus : 76 € (double 86 €).
- Hôtel de l’Europe (3 rue de Châteaugontier)
Petits déjeuners inclus : chambre standard côté rue : 62 € (double 73 €). Chambre confort côté rue : 68 € (double 79 €). Chambre privilège côté terrasse : 78 € (double 89 €). Chambre équipée en twin (deux lits séparés), côté rue ou côté terrasse : 95 €.

Trois hôtels, proches de l’UCO, proposent des tarifs préférentiels.
Les personnes désirant réserver doivent spécifier qu’elles viennent pour les journées de l’École Freudienne à l’UCO.

Repas :
- Le repas du samedi midi pourra être pris (formule à 15 €) au Bistrot (8 place de la gare), ou librement aux alentours de l’UCO.
- Le repas du samedi soir (cocktail dînatoire avec tables dressées) se tiendra à la Brasserie du théâtre (7 place du Ralliement). Tarif : 35,50 €
Les personnes souhaitant participer à ces repas doivent l’indiquer à Patrick Martin-Mattera par mail avant fin juin 2019.